Charnue, parfumée, acidulée et juteuse, la framboise fait partie des fruits rouges que nombre de personnes espèrent avoir dans leurs jardins. Les lignes qui suivent élucideront les croyances liées au framboisier, à ses caractéristiques, à la manière de le planter et à bien d’autres aspects intéressants.

Généralités sur le framboisier

Le framboisier est une plante ligneuse qui pourrait être confondue à un buisson ou à une palissade sans la présence de ses fleurs ou de ses baies. Elle fait partie de la famille des rosacés. Plante vivace au feuillage caduc, l’arbrisseau répond aux noms scientifiques Rubus Idaeus Rubus occidentaliste et Rubus Strigosus. Communément appelé ronce du mont Ida, il tire son nom de son milieu d’origine. Il était souvent trouvé dans les sous-bois et au niveau des lisières montagnardes. Littéralement framboisier veut dire « fraise des bois ». L’arbuste peut grandir jusqu’à atteindre deux mètres de long. Il s’étend par ailleurs sur près d’un mètre de largeur. Utilisé dans les vergers, il permet aussi de construire les haies et les bordures. Les tiges du framboisier survivent durant deux années. Elles sont bordées de défenses épineuses qui sont le plus souvent retirées par les jardiniers. Les feuilles du framboisier sont pennées et sont reconnaissables par leurs formes tourmenteuses et par la couleur blanche abhorrée par leur face inférieure. Les fleurs du framboisier se fertilisent elles même. Le processus se déroule pendant deux à trois semaines, du mois de mai à celui de juin. La fertilisation est favorisée par les abeilles qui prisent ces fleurs. Contrairement à bien de variété de ronces, les framboises se détachent facilement du réceptacle qui les maintient sur l’arbuste.

Un fruit très apprécié

Le framboisier provient à la fois des continents européens et asiatiques. Il est cultivé dans une multitude de pays européens. Pour la petite histoire, le framboisier apparaît dans la mythologie grecque. En effet la framboise, tel que nous la connaissons aujourd’hui serait née sur le mont Ida. Lieu d’enfance du Dieu Zeus, le mont Ida aurait abrité des framboises ayant à l’origine une couleur blanche. Cependant au cours d’une de ses promenades, la nymphe Ida se serait égratignée sur l’une des épines de l’arbuste. Dès lors les fruits ont acquis la teinte vermeille qu’ils ont actuellement.

Les catégories de framboisiers

Il existe deux catégories majeures de framboisiers (les remontantes et les non remontantes) et une sous-catégorie (les continus).

Les framboisiers sont dits non remontants lorsque la variété ne donne des fruits qu’une seule fois au cours du cycle de vie des cannes (tiges du framboisier). Ils sont aussi appelés framboisiers unifères. Au cours de la première année, les nouvelles cannes du framboisier vont pousser. Au cours de l’année suivante, durant la période de l’été, les cannes vont fructifier et produire des bourgeons avant de se dessécher. C’est donc au cours des mois de juin et juillet que les framboises non remontantes pourront être récoltées. Afin de faciliter la reprise du cycle de vie de cette catégorie, il faut tailler l’arbuste au cours du mois d’août. Dans cette catégorie on retrouve entre autres, les variétés Mailling Promise, Glencoe, Ruby beauty, Willamette, Goliath et Sucrée de Metz.

Les framboisiers remontants ou bifères sont par opposition, une variété qui produits deux fois des fruits, durant le cycle de vie des cannes. Au cours de la première année, la canne va pousser sans encombre. Aucune ramification ne sera cependant observée. Dans la période de septembre à octobre, la canne donnera son premier lot de framboise. Suite à cette fructification, la partie supérieure de la canne va se dessécher. Une première taille de la partie sèche s’impose alors. Au cours de la deuxième année la partie inférieure qui a été conservée, viendra à maturation, portant une fois encore des framboises mûres. Les fruits pourront être cueillis de juin à juillet. Après cette deuxième fructification, la canne se desséchera entièrement. Il faudra donc tailler la tige. Ici, il y a entre autres les variétés Fallgold, Heritage, Sumo, Versailles et Valentina. Les variétés telles que Héritage sont classées dans la sous-catégorie des framboisiers continus. Elles sont caractérisées par une période de fructification plus longue.

Où planter le framboisier ?

En général, le framboisier peut pousser sur n’importe quel sol.  Sablonneux, alcalin, argileux, terreau, l’important est que le sol soit fertile et offre de la fraîcheur aux pousses. Un sol humifère et drainé serait donc l’idéal. Avec une préférence pour la mi-ombre, il faut toutefois l’installer au soleil pour obtenir des fruits plus juteux, il faut éviter l’exposition de l’arbuste à de fortes chaleurs. À l’instar de nombreuses plantes vivaces, le framboisier a besoin d’une grande quantité de ressources pour bien se développer. Le sol doit être fertile. Le cas échéant il peut être enrichi sur quelques mois en amont et ensuite périodiquement, avec des éléments organiques (terreau, fumure, feuilles mortes).

Une rangée de framboisiers bien entretenue peut rester productive pendant une décennie au moins. Il faut donc choisir le lieu de plantation en tenant compte de la pérennité de la plante. Il est donc fréquent de les planter sous forme de haie, à la lisière du potager, pour bénéficier de l’effet décoratif et des fruits. Enfin le framboisier support très bien la montée en altitude. Il peut être planté à 1600 mètres au-dessus du sol. Le seul inconvénient réside dans le décalage des saisons florales.

Quand et comment planter le framboisier ?

Le framboisier se plante des mois de novembre à mars à quelques jours près.

  • Apprêter le sol

Au regard de sa durabilité, le framboisier nécessite un sol très riche dès les premières heures de sa culture. Il faut donc amender et fertiliser le sol. S’il est convenu que tous les types de sol seront enrichis au fumier, au terreau et aux cornes torréfiées, il existe des nuances à l’amendement. Pour les sols argileux, il faut un apport en sable. Les sols peu acides nécessitent de la tourbe blonde ou un substitut. Les sols acides seront renforcés avec du calcaire. Les sols sableux seront améliorés avec de la terre argilocalcaire. Enfin le sol ainsi fertilisé et amendé est débarrassé de toutes autres plantes pour éviter une potentielle concurrence. Le sol doit être labouré. Par ailleurs lors du choix de l’engrais, il serait judicieux de privilégier ceux contenant plus de phosphore et de potasse.

  • Disposer d’un drageon

La culture de framboise se fait essentiellement à base des drageons. Les drageons sont des pousses qui proviennent des racines de la plante mère. Ils développent des racines secondaires qui leur permettent de bien s’ancrer dans le sol pour donner de nouveaux plants. Ils sont disponibles chez le pépiniériste dès le mois de novembre. Un autre moyen d’entrer en possession de quelques drageons serait de les prélever d’un ancien framboisier. Pour ce faire, il faut délicatement soulever le framboisier à l’aide d’une bineuse et sans abîmer ses racines. Détacher le drageon avec ses radicelles.

  • Mettre en terre

Afin de former une palissade, il est fréquent que les trous de plantations soient creusés sur des bandes prédéterminées. La bande d’une largeur d’un mètre accueillera des trous de 50 cm de profondeur. Remplir le trou aux deux tiers avec un mélange fait d’engrais et de la terre enrichie. Réduire ensuite la taille des racines du drageon avant de le mettre en terre. Ici, il faut étaler les racines et maintenir le plan bien droit pendant que vous remplissez le trou avec le reste de terre labourée enrichie à l’engrais. Il faut prendre garde de ne pas enterrer le collet du plant. Il faut aussi tasser enfin la terre et arroser abondamment. Durant la pousse il faut occasionnellement enrichir à nouveau selon les principes de permaculture.

Comment entretenir votre framboisier ?

Après avoir mis en terre le framboisier, il faut le garder dans les conditions idoines à son développement. L’un des ennemis naturels de l’arbuste est la chaleur. Palisser les pieds de framboisier est l’une des méthodes pour contrôler le sens de l’évolution et l’aération de la plantation. En plus de la chaleur, le framboisier réagit mal à la sécheresse du sol. En prévision de ces deux phénomènes estivaux, il faut pailler le sol durant le printemps. Durant les deux premières années d’un plant, il faut systématiquement arracher jusqu’à la racine, toute autre plante qui viendrait faire de la concurrence à votre jeune framboisier. Comme il est dit plus haut, il est nécessaire de procéder à la taille des cannes desséchées pour aérer la palissade et facilite la reprise du cycle de production. Les tiges faibles seront aussi retirées, tout comme celles en surnombre. La touffe ne doit pas être compacte. Vu que les framboisiers épuisent les ressources du sol, il est stratégique de les déplacer une fois tous les sept à dix ans.  Le sol pourra être à nouveau enrichi sur plusieurs années afin d’accueillir une nouvelle culture de ronces.

Le framboisier attire des animaux ravageurs. Pour les protéger, il faut simplement les recouvrir d’un filet. L’arbuste est aussi sensible aux nuisibles et à la rouille. Afin de prévenir les maladies du framboisier, il faut respecter les méthodes de plantations et précautions à prendre. La pourriture grise peut être prévenue si le framboisier n’est pas orienté vers le nord. Le myosotis et la tanaisie ont tous les deux la propriété de repousser le ver du framboisier.  Il serait donc stratégique de planter l’une de ses variétés au pied de framboisier. Notons que ces deux plants n’ont pas de rapport concurrentiel avec le framboisier. En cas de maladies, il faut retirer les parties touchées et pulvériser le produit approprié (purin de prêle, bouillie bordelaise, insecticide organique selon les maladies). Faites-vous conseiller par votre pépiniériste pour choisir le bon traitement.

Récolte et conservation

Les périodes de récolte des framboises varient selon la catégorie de l’arbuste. Cependant lorsqu’elle est à point, la framboise ramollit et se détache facilement de l’arbuste. Bien que ce soit un fruit rouge, toutes les framboises n’ont pas cette coloration. Elles peuvent être rouges, jaunes, orangées, pourpres ou noires. Le ramollissement reste le meilleur moyen de s’assurer du mûrissement de toutes les variétés de framboise. Peu facile à conserver dans son état de nature, la framboise est souvent vite raffinée. Éviter de la garder dans un réfrigérateur si vous voulez en conserver le bouquet.

Quelques vertus de la framboise

La framboise contient une grande quantité d’antioxydants et très peu de sucre. À ce titre, elle est fortement recommandée pour ses vertus. En médecine, la framboise aiderait à :

  • perdre du poids ;
  • contrôler son indice de glycémie ;
  • ralentir le vieillissement de la peau ;
  • réguler la circulation sanguine et le rythme cardiaque ;
  • calmer les douleurs liées aux rhumatismes ;
  • prévenir le cancer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici